Divertissement

Une première au Granada pour Jay Du Temple

JayduTemple_CENTRO
PAR:
Simone Lirette

Le vendredi 13 janvier 2017, l’humoriste Jay Du Temple a présenté pour une toute première fois son spectacle « le mini tour ». La série de huit représentations s’arrêtera, entre autres, à Montréal, Québec, Val d’Or et Baie-Comeau pour se terminer en mai.

C’est dans un Théâtre Granada bien rempli que Sherbrooke accueillit tout d’abord David Beaucage en première partie. Diplômé avec Du Temple de l’École nationale de l’humour en 2013, David Beaucage nous fait rire récemment à Télé-Québec dans Like-moi! L’humoriste avait aussi assuré la première partie de Jay lors de son spectacle « 25 » où il célébra son anniversaire dans un Club Soda à guichets fermés.

Assurément malaisant, Beaucage nous sert une prestation qui enchaine brillamment les anecdotes, les personnages et les chansons de son cru. La salle rapidement séduite répond bien aux plaisanteries qu’il nous sert sur un plateau d’absurdités.

C’est devant une patère garnie d’un chapeau et d’une veste aux côtés d’une version lumineuse de la silhouette barbue de Jay Du Temple que le public anticipait l’entrée en scène du comique. Aillant fouler les planches du Zoofest à maintes reprises, Du Temple accumule les fans en diversifiant ses projets! Il anime, entre autres, les lundis de l’humour au bar le Jockey.  On peut le voir à la télévision dans Like-moi!, Code F, Code G et il est aussi à l’animation d’UrbArt à MAtv.

Dès son arrivée sur scène, Du Temple s’adapte à la ville et se permet d’être taquin en faisant référence à Bishop, puis questionne les étudiants de l’Université de Sherbrooke présents et nombreux. On apprend rapidement à le connaître et il nous situe dans sa dynamique familiale qui est une thématique qui revient constamment au cours du spectacle. Ses parents, célébrants alors leur anniversaire de mariage, étaient présents et nous accueillaient avec la marchandise à l’entrée du Granada.

On découvre alors un humoriste, communément appelé « la toque », qui dit être une bonne personne et qui n’a pas peut d’assumer son côté féminin. Chose certaine, personne n’a pu passer à côté de son amour infini pour l’univers d’Harry Potter. Il offre même un lexique aux « moldus » afin que tous puissent bénéficier de ses références hilarantes.

Jay Du Temple a un humour rempli de simplicité (un de ses petits bonheurs : dire débarbouillette) et de morceaux du quotidien version hyperactive avec quelques goûtes de malchance. Nous étions nombreux à manquer de souffle entre deux phrases des péripéties de Jay Du Temple.

Lui-même surpris face à cette salle comble, Du Temple promet aux Sherbrookois de revenir les faire rire. Il gâte les spectateurs avec du nouveau contenu vu l’attention qui régnait dans la salle. Dans son rappel, on découvre Jay plus nerveux, vulnérable même, mais tout autant attachant. Il dû être à nouveau surpris lorsque la sortie du Granada fut difficile d’accès pour tous vu le nombre impressionnant d’admiratrices qui souhaitaient immortaliser le passage de leur comique préféré avec une courte rencontre et une photo.

À la prochaine Jay et d’ici là : « On vit sans lendemain! »

PS : La photo est une courtoisie de la graphiste Marianne Plaisance !